Accueil / Vie culturelle / Prix Goncourt des lycéens 2018

Prix Goncourt des lycéens 2018

Date de publication : 19 juin 2018

 

Télécharger (PDF, Inconnu)

 

Dans le cadre du Prix Goncourt des lycéens et pour la semaine des lycées français, différents travaux ont été réalisés par les élèves de la classe 214.

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

Télécharger (PDF, Inconnu)

 

LA CLASSE DE 214 SÉLECTIONNÉE POUR LE PRIX GONCOURT DES LYCÉENS

La classe de 214 du lycée Lyautey a été retenue pour participer au prestigieux Prix Goncourt des lycéens, qui élit chaque automne, depuis vingt ans, le roman préféré des jeunes lecteurs. C’est un vrai défi : lire quinze romans en deux mois, en retenir trois qui seront défendus par les délégués choisis par la classe.

Moments de lecture, d’échanges, d’écriture se succèdent pendant ces deux mois, où élèves et professeurs sont emportés dans la découverte de la littérature contemporaine.

En novembre, les deux délégués se rendent à Paris puis à Rennes, avec leur professeure de français, Mme Caron, pour participer aux délibérations nationales.

 

 

L’effet Prix Goncourt

Il était 10h55, le soleil brûlant de Casablanca tapait sur les vitres bleu Majorelle de la classe.  Le professeur attendait avec impatience ses nouveaux élèves. Les premiers arrivèrent puis le reste de la classe quelques secondes plus tard. Le professeur les accueillit et leur demanda de s’asseoir en silence. Les deux élèves du fond continuaient leur discussion, qui semblait intéressante. Au bout d’un certain temps, elle réussit à obtenir le silence : “Bonjour à tous, avant de vous expliquer ce que l’on attend de vous en cette année de seconde, j’ai une grande nouvelle à vous annoncer, un projet qui va probablement vous paraitre quasiment impossible à réaliser.” Quelle était cette grande nouvelle annoncée dès le premier jour ? Était-ce un voyage scolaire ? Beaucoup de questions s’entremêlaient dans la tête de ces jeunes élèves mais sans aucune réponse. Après un certain temps, le professeur reprit alors : “ C’est une chance de participer à un événement culturel réputé, qui se déroulera sur une durée de deux mois. Je voudrais savoir si tout le monde connait ou a déjà entendu parler du Prix Goncourt ?”. Silence. Seule une main se lève. Le professeur leur raconta alors l’histoire de ce prix littéraire français récompensant des nouveaux romans. Elle leur annonça ensuite que leur classe avait été choisie parmi tant d’autres pour sélectionner le meilleur livre, qu’ils devraient développer un esprit critique et consacrer leur temps libre à lire et cela durant deux mois. Lire quinze romans en si peu de temps ! Même les plus grands lecteurs n’en seraient pas capables ! S’ensuivit un vacarme total. Certains élèves riaient ironiquement, d’autres prirent la parole afin d’exprimer leur étonnement et d’autres restèrent impassibles. La sonnerie retentit. Les élèves ramassèrent leurs stylos et cahiers et sortirent.

À la fin du premier mois, la première chose qu’on peut constater, c’est l’évolution de ces élèves. Après un mois de lecture, certains sont surpris par leur propre envie de lire. On peut trouver dans cette classe plusieurs profils différents de lecteurs. Comme par exemple, Yasmine, qui ne passait ses après-midis qu’à tapoter sur sa manette de jeu et qui aujourd’hui ne peut plus se détacher des pages de ces romans, ce dont elle est très fière.

Mehdi discute et débat avec enthousiasme autour de ce concours avec ses camarades, ses professeurs et les documentalistes, ce qui alimente sa culture des divers romans proposés.

Aya ne lit habituellement que des écrivains anglophones et n’arrive pas à s’accrocher aux livres et aux thèmes présentés, et pourtant en lisant La vérité sort de la bouche du cheval, elle s’est attachée au personnage qu’est Jmiaa, ce qui est une première !

La description dans ces romans est loin d’avoir séduit Zaki. Il ne lit que des romans policiers pleins de suspense, avec des rebondissements à chaque chapitre. Sa première lecture porte sur le roman de Fottorino, Dix-sept ans, qui comprend beaucoup de pages descriptives ; il est plutôt mécontent, et confirme son allergie aux descriptions.

Rayane n’est pas un grand lecteur.  Il ne lit jamais les lectures scolaires. Entre le football et les amis, il n’a pas le temps ni l’envie de lire ; il a pourtant aimé Frères d’âme de David Diop et est étonné de l’avoir fini. À sa grande surprise ce livre l’a profondément touché. La fraternité qu’il partage avec ses amis, il l’a retrouvée dans ce roman entre deux frères d’armes venus du Sénégal.

Tout le monde a évolué à son rythme, les élèves se sont plus ou moins surpassés, chacun d’entre eux a un avis et les débats ne se font pas qu’en cours français ! Le prix Goncourt des lycéens a été un moyen pour les élèves de tisser des liens profonds et de souder quelques élèves de la classe dès le début de l’année, et de bâtir des nouvelles amitiés solides. Cependant, les opinions sont diverses et l’élection des trois titres de la classe risque d’être animée.

À suivre, au mois de novembre pour les délibérations…

 

Chadine Chakir

 

Nous avons le plaisir de vous informer que la candidature de notre établissement pour participer au Prix Goncourt des lycéens 2018 a été retenue.